"Quels freins aux métiers de l'ingénierie pour les jeunes filles ?" - une étude menée par des étudiant.e.s de l’Ecole Centrale Lyon en collaboration avec Elles bougent Rhône-Alpes

Publié le 29 avril 2020

« Avec cette étude, mon équipe et moi souhaitions comprendre le faible taux de filles en école d'ingénieurs. Finalement, les dés sont "pipés" au départ.», Léa étudiante de l'École Centrale Lyon qui avec ses camarades a réalisé des portraits intimes de marraines de la délégation Elles bougent Rhône-Alpes pour identifier les verrous qui freinent l'accessibilité aux métiers de l'ingénierie pour les jeunes filles.

Un projet étudiant engagé

centrale_pai.zoom.jpgDans le cadre de leur Projet d'Application Industrielle (PAI), 5 élèves-ingénieurs de la promotion 2018 de l'École Centrale Lyon ont mené d'octobre 2019 à avril 2020 une étude sociologique portant sur les obstacles pour les jeunes filles à se diriger vers les vocations scientifiques et plus particulièrement les métiers de l'ingénierie. Ce travail sur la question du genre a été réalisé avec le soutien avec la délégation Elles bougent Rhône-Alpes.

Huit marraines Elles bougent de nos entreprises partenaires Bouygues Construction, Eiffage, EDF, ENGIE et Solvay, ont pris le temps d'échanger avec eux et de répondre à leurs questions. Merci à ces role models qui leur ont livré leurs souvenirs de remarques sexistes qui malgré le temps sont restées en mémoire. Malgré tout elles ont su faire preuve de confiance en elles et persévérance pour aujourd'hui occuper leurs postes actuels. Notre association Elles bougent les remercie une nouvelle fois pour ces messages qu'elles véhiculent auprès des collégiennes, lycéennes et étudiantes.

Télécharger les portraits des marraines Elles bougent (PDF)

Paroles d'étudiantes

« J'ai choisi de travailler sur les freins d'accès des filles aux écoles d'ingénieur car nous comptons seulement 20% d'étudiantEs sur le campus de notre école. Ce n'est pas directement le corps d'enseignement qui discrimine. J'ai réalisé que ce sont les tabous, les non-dits, les préjugés qui apportent cette discrimination.

Nos sondages indiquent clairement la présence de facteurs de freins d'accès des filles aux écoles d'ingénieur, un gros travail reste donc à faire dans le monde de l'ingénierie. » – Adélie, cheffe du projet au sein de l'équipe d'étudiant.e.s

« En intégrant cette filière, j'ai essuyé des remarques sur le fait que c'était un "métier de mecs" ou encore que mon admission fût liée à "des quotas, un besoin de filles". En menant ce travail nous souhaitions comprendre comment ces stéréotypes se sont installés.

Grâce aux témoignages et conseils des marraines Elles bougent et nos enquêtes, nous avons compris l'influence de la société et de notre entourage, sur nos choix d'orientation.

J'ai aimé mener ce projet d'application pour la nouvelle vision qu'il me donne de mon environnement, des études d'ingénieurs. » - Léa, membre de l'équipe d'étudiant.e.s

Bravo à l'équipe formée par Adélie, Ines, Léa, Marina, Romance et Luc, qui ensemble ont soutenu leur projet le 21 janvier dernier. Depuis leur travail se poursuit. Afin de compléter les données récoltées auprès des marraines, les étudiant.e.s ont fait suivre un questionnaire auprès de lycéennes et lycéens de la région lyonnaise et d'autres Centraliens.

Actuellement en cours de dépouillement, nous espérons que les réponses apportées par les plus jeunes générations sur les questions du genre révéleront les progrès de notre société en matière d'égalité professionnelle.

Pour aller plus loin

Cette collaboration entre notre délégation régionale et les Centralien.ne.s avait déjà été récompensée en 2019 par le Prix Coup de cœur, région Sud-Est, des Trophées Elles bougent - Synergie Campus Entreprises.

En savoir plus sur les partenaires

Bouygues Construction, WeLink
EDF
Eiffage Énergie
ENGIE
Solvay

Réagissez à cette actualité !

Pour poster un commentaire, vous devez être identifié.